Les médias numériques, les principaux concurrents de la presse écrite

Posted by on Mai 18, 2017 in Médias |

L’objectif de cet article, est d’essayer d’expliquer comment l’arrivée des technologies numériques a impacté le domaine des activités culturelles et l’apparition des nouvelles alternatives de la presse traditionnelle.

Un peu d’histoire

En effet, le monde numérique occupe une part croissante de l’activité des autorités de concurrence qu’elles soient nationales ou européennes. Revenons à la période 2004-2006, qui a été marquée par l’apparition du numérique. A ce moment-là, les nouvelles technologies proposeraient une dimension des domaines liés à la culture, au commerce électronique et au divertissement.

Depuis l’apparition du numérique, quelques domaines culturels ont connu la crise. Et les médias traditionnels ont subi les plus gros impacts.

Kiosques à journaux menacés par le numérique

Selon Anne Perrot, l’économiste française spécialiste de la concurrence et de la régulation qui a été invitée la semaine dernière au plateau de l’animatrice de LCI Matin, Audrey Crespo-Mara : « Les journaux numériques, sont au cœur de la problématique des médias traditionnels. »

« Durant ces 10 dernières années, j’ai vu les choses changer. » Explique la Vice-présidente de l’Autorité de la concurrence, a l’animatrice de TF1, Audrey Crespo-Mara.

Les kiosques en voie de disparition ?

En effet, la percée de l’information numérique sur internet est la principale cause de la chute des ventes des journaux et de la crise économique de la presse écrite.

D’après le Ministère de l’Économie et des Finances, près de 400 kiosques à journaux placées à Paris, reçoivent chaque année un fond de 1,7 millions d’euro sous forme d’aides d’Etat pour maintenir leurs services de proximité et pourvoir faire face à cette crise de poids.

Depuis quelques années, les kiosques à journaux sont devenus des magasins proposant des produits de tous genres (boissons fraîches, cafés, eaux minérales, sucreries, cartes de recharges, papeteries, service de cordonnerie, reproduction de clés…).

« Boudé par les clients au profit de la presse en ligne et des quotidiens gratuits, le métier semble de plus en plus difficile. » Déclare un des propriétaires de kiosque à journaux à Marseille. « Ils ont tout fait pour tuer la presse. Nous avons l’impression que tout le monde encourage la disparition de la presse écrite pour la remplacer par la presse numérique qui est gratuite, diversifiée et plus accessibles aux consommateurs. » Ajoute, Richard Leban, le kiosquier implanté à Paris.

 

 

 

 

Read More

C’est quoi un administrateur Judiciaire

Posted by on Mai 10, 2017 in France |

À chaque fois qu’une entreprise française, employant un grand nombre de salariés, est en difficulté financière en entend parler, d’un administrateur judiciaire, désigné par la justice tel un sauveur sans sa cape, il essaie de tout faire pour recoller les pots cassés. Comme le cas dernièrement du géant du textile « Tati » qui depuis le 4 mai, un administrateur Judiciaire.

Qui sont-ils et quel est exactement leur rôle

L’administrateur judiciaire est une profession méconnue qui suscite à la fois, l’espoir et les craintes de milliers de salariés et de patron. Le travail principal d’une administration judiciaire, c’est de trouver les solutions pour sauver et redresser l’entreprise en difficulté financière, soit en assurant la poursuite du travail avec un certain nombre d’aménagements et de structuration soit éventuellement la céder, malheureusement quand il n’arrive ni à l’un ni à l’autre, c’est la liquidation judiciaire, qui sort de ses compétences.

Donc l’administrateur judiciaire est chargé pendant la phase de sauvetage de l’entreprise de contrôler, de collaborer et parfois même de remplacer un gérant de l’entreprise. Il analyse les problèmes et propose des solutions pour y remédier.

Quelle est la différence entre un administrateur judiciaire et un mandataire judiciaire

Si l’administrateur judiciaire est un ange gardien qui fait de son mieux pour aider le chef d’entreprise à récupérer l’entreprise, le mandataire judiciaire, est un représentant des créanciers, il défend leurs intérêts et essaie de récupérer leurs argents. Le mandataire assure aussi le règlement des salaires dus aux salariés.

« Le Mandataire judiciaire (ou liquidateur) défend les intérêts des créanciers de l’entreprise, l’administrateur judiciaire a pour mission principale de défendre l’entreprise en difficulté et de veiller à la pérennité de son activité en tentant de trouver des solutions de toute nature », l’administrateur judiciaire.

Si le sauvetage de l’entreprise s’avère impossible, le mandataire se charge dans ce cas, de la liquidation de l’entreprise ou de trouver un acheteur potentiel. Les deux, mandataire et administrateur judiciaire, travaillent en étroite collaboration afin de trouver les solutions adéquates pour sauver l’entreprise tout en protégeant les intérêts des créanciers et des salariés.

Comment devenir administrateur judiciaire

Les administrateurs Judiciaire ont essentiellement une formation d’école de commerce ou une formation juridique. Au bout de cette formation de base, un stage chez un professionnel d’une durée légale de 3 ans est exigé. À l’issue de ce stage, un examen professionnel national existe, en général sur une quinzaine de candidats un ou deux, sont reçus par an.

Quelle est la rémunération d’administrateur judiciaire

La rémunération de l’administrateur judiciaire est à la charge de l’entreprise, et c’est fixé selon l’importance du travail accompli et de la valeur de la société.

Read More

De la presse écrite à la presse numérique, de nouveaux enjeux

Posted by on Mai 10, 2017 in Médias |

Les médias sont les différents canaux de communication qui servent à diffuser des messages entre différentes personnes ou d’une personne à une auditoire diversifiée. Télé, radio, journaux, réseaux sociaux, blog…, il existe de nos jours différents types de médias qui ont au final le même but, informer le récepteur et diffuser un message précis.

Les imprimés sur papiers sont les médias les plus anciens, aujourd’hui à cause de l’évolution technologique, nous sommes aux médias presque continuellement, en consultant son smartphone, en défilant le fil d’actualité de Facebook ou en jetant un coup d’œil sur notre tablette.

Les médias façonnent notre perception de ce qui est vrai !

Nous nous trouvons tout au long de la journée face à des gadgets connectés et dans l’obligation de suivre même inconsciemment des actualités, à adhérer à des projets ou encore à consommer un produit qui nous semble irréprochable à force de le rencontrer sur tous les supports de communication. Les médias d’aujourd’hui nous rejoignent sous forme d’affichage, de signalisation, de banderole, d’enseignes lumineuses et même sur des vêtements ( t-shirt, vêtements de sport…) et ils nous relancent à la radio, à la télé, sur ordinateur, à l’écran de nos téléphones intelligents. De toutes formes, types et catégories, les médias ne cessent de s’inventer pour toucher le plus grand part de marché et attirer le plus grand nombre de consommateurs. Depuis quelques années, les médias se sont mis sur internet sous différentes formes, les canaux de vidéo en ligne, les publications instantanées… et tous les médias sociaux.

Une mutation des pratiques de lecture

« Regardons autour de nous, les médias sont présents partout là où nous allons, et ça n’est pas prêt de s’arrêter. Personne ne peut nier l’omniprésence des médias dans notre société depuis de nombreuses années déjà et que nul ne peut y échapper. » S’exprime la journaliste prospère et l’animatrice phare de LCI sur le sujet de la mutation des sources de l’information.

« Dès son invention, il y a près de 15 ans, la presse numérique a été la concurrente directe de la presse papier. La presse numérique existe depuis les années 90, comme l’indique Jean-Marie Charon, le sociologue et le chercheur associé à l’EHESS. Pour ceux qui s’inquiètent sur l’avenir de la presse traditionnelle et se demandent si le métier de journaliste persistera encore, je leur dis que c’est à nous de perdurer cette richesse culturelle en la valorisant davantage. ».

 

 

 

Read More

Le marché halal contente-t-il les musulmans Français au ramadan ?

Posted by on Mai 2, 2017 in France |

Le mois de ramadan 2017 arrive à grand pas, l’occasion de parler du marché halal en France et de forte demande des consommateurs des produits issus de la production licite.

D’ici quelques semaines, le calendrier hégirien annoncera la date du début du mois de ramadan 2017 en France.

Les enseignes halal connaissent un véritable essor durant le mois de ramadan 

Avec un chiffre d’affaires près de 800 milliards en 2012, les produits halal représentent l’un des marchés les plus prometteurs du moment.

Apparu quelques années après le marché bio, le marché halal a su s’imposer en Europe, en Amérique et dans tous les continents et ne cesse d’attirer de nouveaux consommateurs en quête de qualité, de traçabilité, de notoriété et d’image des marques.

Désormais, les plus grandes enseignes alimentaires se mettent au halal et multiplient leurs offrent afin d’avoir la plus grande part du marché.

Le cabinet d’études marketing, Solis vient de lancer une étude de marché ayant pour but de déterminer le nombre des personnes consommant les produits halal en France.

Résultat, la plupart des consommateurs du halal sont d’origine arabe venant spécialement du Marco, Algérie et Tunisie avec un bon pourcentage des français originaires de la France.

D’après la même étude, les français consommant les produits halal ne choisissent pas uniquement les viandes licites mais s’intéressent à d’autres produits issus de la production halal comme les plats prêt, les sandwichs, les charcuteries…

Alors que la demande en halal augmente, l’offre semble suivre la tendance en France 

La même étude prouve aussi que les produits halal appartenant à des marques de renom notamment, Fleury Michon, Knorr, Duc, Herta, Knorr ou encore Maggi n’attirent pas les consommateurs autant que les produits alimentaires issus des marques de grande consommation spécialisée dans la production halal comme Médina, Isla Délice, Dounia, Isla Mondial, Saada…

Avec l’enseigne du fast-food quick qui proposent désormais une quarantaine de produits halal. Une offre halal dans les fast-foods est une première en France à une telle échelle, et c’est la première fois également quand voit une grande enseigne opter pour un marché récent.

En effet, le marché de halal est en train de se développer fortement en France et de créer une forte concurrence entre les différents acteurs du marché.

Auparavant, nous trouvons uniquement les consommateurs de croyances musulmanes opter pour les produits halal, aujourd’hui de nombreuses familles n’ayant aucun rapport avec l’Islam choisissent le halal.

 

 

 

Read More

Zoom sur les meilleurs restaurants bio à Paris

Posted by on Avr 21, 2017 in France |

L’alimentation biologique devient de plus en plus populaire ces vingt dernières années. Face à la forte demande des consommateurs, de nombreux restaurants et entreprises de restauration collective se sont mis au label Bio.

Cherchant toujours la meilleure qualité et à satisfaire au mieux les envies de ses convives, le groupe de la restauration collective Elior  est l’un des principaux dans ce projet.

« L’alimentation biologique respecte l’environnement dans un sens général et préserve la bonne santé de l’homme. Nous nous sommes engagés dans le label bio dans le but d’offrir à nos convives des aliments sains issus d’une agriculture naturelle et écoresponsable » Explique le responsable des affaires publiques d’Elior.

Les restaurants bio ont la cote à Paris

Vous êtes convaincus des bienfaits de l’alimentation biologique et vous souhaitez avoir une idée sur quelques bonnes adresses parisiennes proposant des produits bio ? Parcourez la liste suggérée par le guide des restaurants bio et engagés, The Place to Bio

Café Pinson : du bon et du bio à la fois

Implanté depuis 2013 dans le 3e arrondissement de Paris au 6 rue de Forez, le café-resto Pinson se distingue par son emplacement stratégique (à quelques mètres des Champs-Elysées entre Marais et la station Poissonnière) et de sa carte riche élaborée avec des recettes végétariennes concoctées le plus souvent avec des produits bio.

Accueillant 7j/7 matins et soirs, les amateurs des plats sains et équilibrés, le Pinson propose une variété de recettes pour tous les goûts et les budgets.

De la soupe à la salade en passant pour les potages et les grillades, Le Pinson est une véritable caverne d’Ali Baba proposant des savoureux plats bio amoureusement préparés.

Biosphère Café : alchimie du sans gluten

C’est au cœur du 8e arrondissement de Paris que ce bel endroit à la décoration attractive vous reçoit pour vous proposer des succulentes recettes bio et sans gluten.

Si vous êtes à la recherche d’un lieu agréable pour goûter une cuisine saine et sans gluten, Biosphère est l’adresse qu’il vous faut.

Crêpes sucrées ou salées, pâtisseries pour tous les goûts, snacks au gré des saisons, sandwichs chauds et froids…autant de délicieuses recettes sans gluten élaborées avec des ingrédients biologiques.

 

Lula : bonnes pousses colombiennes

Lula propose à ses convives une cuisine faites maison 100% bio, concoctée avec le plus grand soin. Dans un cadre convivial et cosy, le restaurant-bistro Lula vous sert toute une palette de recettes pour tous les envies.
Nichée au 2016, rue Saint Maur à Paris, Lula est un rendez-vous où il est bon de savourer des plats uniques composés d’ingrédients bio et de grande qualité.

Quoi de mieux que mélanger l’art culinaire, la santé et la détente dans une atmosphère agréable et apaisante.

 

Read More

DMS et NGI Group signent un accord de partenariat

Posted by on Mar 21, 2017 in France |

Constitué d’une association de plusieurs sociétés à haut potentiel d’innovation, Diagnostic Medical Systems (DMS) Group vient de parapher un accord avec NGI Group, le premier acteur dédié à l’accompagnement des centres d’imagerie en France. Etant un pays très développé en matière d’industrie médicale, la France héberge des géants de ce domaine comme le groupe Acteon.  Ledit groupe se pose comme 7ème au mondef dans la production d’équipements d’imagerie médicale et ce grâce aux innovations encouragées par ses ingénieurs. A travers la signature de cet accord, ce secteur d’activité dotera l’économie française de nouveaux horizons qui profitent aux deux parties.

NGI Group consolide sa place de leader

Né de la fusion de l’éditeur de systèmes d’information et celui des technologies de l’imagerie médicale, respectivement Global Imaging On Line et Groupe Numerix, NGI Group se présente comme l’unique acteur français qui propose une solution globale et intégrée à 100% pour couvrir l’ensemble des nécessités des centres et services d’imagerie. Le groupe se spécialise dans les solutions de salle de radiologie, d’imagerie dentaire, de gestion du cabinet, d’échographie, d’imagerie de la femme, de stockage d’informations, de diffusion de contenu, du suivi et l’interprétation médicale.

NGI Group commercialise ses solutions et les intègre pour plus de 1200 clients des secteurs publics et privés. En trouvant cet accord stratégique avec DMG, le groupe français cherche à consolider sa place comme étant le premier acteur du marché local dans les centres de l’imagerie médicale.

Un accord « gagnant-gagnant »

Suite à cet accord, NGI Group commencera à partir de janvier 2017 la commercialisation du produit phare de DMS Imaging, la division imagerie de DMS Group. Il s’agit des produits dRF (Digital Radiography and Fluoroscopy) qui sont des tables et salles de radiologie télécommandées et munies d’un capteur plan dynamique. Cependant, NGI Group distribuera ces salles de radiologie sous les dénominations Ariane et Armony.

Quant à Ariane, il s’agit d’une table automatisée à 100% qui fait le parfait mélange entre la technologie et la mécanique pour réaliser toutes les applications radiologiques et fluoroscopiques d’une manière harmonieuse et fiable. Pour Armony, il s’agit d’une table télécommandée polyvalente qui met au marché, à un prix intéressant, la plus haute technologie en matière de fonctionnalité et de robustesse.

Avec ce nouveau produit, NGI Group se permettra de s’identifier comme premier acteur de l’imagerie médicale en France et permettra également à DMS de diversifier les pistes de distribution de ses salles de radiologie bourrées de technologies.

Read More

Comment les entreprises arrivent à maitriser leurs dépenses ?

Posted by on Fév 28, 2017 in France |

La situation actuelle du marché, met les entreprises dans l’impératif de réduire leurs coûts pour maintenir leur compétitivité sur le marché. Les chasseurs de coûts interviennent, dans ce sens pour améliorer la profitabilité de leurs clients.

Le recours aux Cost-killers

Les cabinets spécialisés dans la minimisation des coûts et des frais généraux, ont connu, ces dernières années une croissance de leurs activités et de leurs portefeuille clients, à l’issue de la conjoncture économique. « La crise économique est plutôt porteuse pour le conseil en optimisation de coûts. 2001-2002 avaient été des années de forte croissance pour nous. Et cela s'explique simplement : les entreprises doivent être plus agressives dans leur recherche d'économies », signale Pierre Lasry, le président du directoire et fondateur de LowendalMasaï, dans une interview accordée à Capital. Ces bureaux de conseils apportent leur savoir-faire, pour soutenir le budget des entreprises qui ne peuvent pas gérer tous les coûts engendrés par leur activité (frais généraux, couts salariaux et fiscalité). Ces cost-killers, sont rémunérés sur la bases des économies qu’ils génèrent pour le compte de leurs clients.  « Il est rare de ne pas optimiser les dépenses d’une entreprise. Mais pour éviter une mauvaise surprise, mais surtout pour travailler en totale confiance avec nos clients, nous ne nous rémunérons qu’en fonction des économies que nous faisons faire à nos clients. Plus ils gagnent, plus nous gagnons, c’est une stratégie gagnant-gagnant, cela favorise la relation commerciale. »

La survie des entreprises

La conjoncture économique, menace aujourd’hui l’activité de plusieurs entreprises. Les PDG sont alarmés et ils ont commencé à instaurer plusieurs politiques et procédures qui cherchent à piloter leurs dépenses et réduire le gaspillage. Il est donc nécessaire de repenser la stratégie de l’entreprise et d’assurer une coordination et un flux d’informations entre les différents départements. « Il y a une vraie volonté de créer une meilleure cohérence entre la direction financière, marketing et vente, et le rôle du contrôleur de gestion est renforcé », a révélé, Guillaume Rotours, associé chez KPMG. Le cost-killing est souvent accompagné par une réduction d’effectifs, mais il s’agit plutôt d’une restructuration budgétaire qui vise à renforcer la solidité de l’entreprise face à la volatilité du marché. Les chefs d’entreprises doivent être proactifs, face à l’urgence de la situation. « Nous arrivons parfois trop tard : Certaines entreprises ont trop attendu et il est trop tard pour entreprendre des actions de fond. Faire la chasse aux coûts s’apparente alors à un plan de sauvegarde des actifs clés pour assurer la continuité de l’activité », explique Nicolas Gaultier, associé chez Deloitte.  
Read More