Le « Jubillar de l’Yonne » : nouvelles révélations du mari suspect

Dans une affaire criminelle qui ressemble à celle de l’affaire Jubillar, un mari au cœur des soupçons clame son innocence. On vous donne plus de détails.

Tout a commencé en 2020, dans une bergerie de l’Yonne, où une éleveuse de chèvres a mystérieusement disparu. Il s’agit de Chantal Mellet, une mère de famille âgée à l’époque de 53 ans. Depuis, la femme n’a donné aucun signe de vie et demeure désormais introuvable. Son mari, Frédéric Mellet, un éleveur de chèvres, est pointé du doigt dans cette mystérieuse affaire. En effet, celui-ci est considéré comme le suspect idéal aux yeux de la justice…

Disparition mystérieuse…

Chantal Mellet, une mère de famille et éleveuse de chèvres de 53 ans avait été mystérieusement disparue en été 2020, sans laisser aucune trace. Elle vivait à Joigny dans l’Yonne, en région Bourgogne-Franche-Comté, avec son mari et ses quatre filles. Ensemble, le couple travaillait sur l’exploitation agricole. Le 2 juillet 2020, la mère de famille est disparue dans des circonstances mystérieuses. La victime n’a donné, depuis cette date, aucun signe de vie. De son côté, son mari, Frédéric Mellet, principal suspect dans cette mystérieuse affaire, a été mis en examen pour meurtre aggravé et placé en détention provisoire, le 20 mai 2022. Depuis cette date, l’éleveur de 54 ans est incarcéré. Sans scène de crime ni aveu, cette affaire en rappelle étrangement une autre : celle de Delphine Jubillar.

Le principal suspect nie son implication

Introuvable depuis deux ans, cette affaire de Chantal Mellet, identique à celle de Delphine Jubillar, pose de nombreuses interrogations. Le mari, présumé coupable dans la disparition de son épouse, s’exprime auprès des autorités avec un langage cru. Celui-ci, au comportement suspect, clame toujours son innocence. Interrogé par les gendarmes, Frédéric Mellet nie toujours son implication et clame encore son innocence. C’est en tout cas ce que révèle Le Parisien, dans son édition du 29 août 2022. Selon le quotidien, le présumé coupable répond aux questions insistantes des gendarmes simplement par : “Vous croyez que 22 mois après je me souviens de ce que je faisais ou si j’étais aux chiottes “.

Une infidélité avant la mystérieuse disparition

À en croire les informations du Parisien, les éléments issus de l’enquête montrent que le présumé coupable savait depuis quelques jours avant la disparition mystérieuse de son épouse que celle-ci était infidèle. En effet, il ne s’agit pas de la première fois. Depuis leur mariage en 1999, la victime l’avait trompé quatre fois. Mais la dernière fois, elle voulait emménager avec son nouvel amant. “Ils voulaient emménager ensemble, Chantal m’en avait parlé. Un soir que je n’étais pas là, elle avait déjà préparé ses cartons”, a reconnu Frédéric Mellet durant sa garde à vue. Toutefois, Chantal Mellet n’est jamais partie vivre avec son amant. Celui-ci avait signalé, le soir du 2 juillet, la disparition de la victime. Pour cause, il était surpris qu’elle ne soit pas venue découvrir l’appartement qu’ils devaient visiter ensemble.

Les filles persuadées de l’innocence de leur père

Au cours de l’enquête, les quatre filles de Chantal Mellet et son mari, le principal suspect dans l’affaire de sa disparition, se sont montrées persuadées de l’innocence de leur père. Mais l’une des filles a fait savoir que ses parents ont déjà pu s’insulter. “Ils s’insultaient parfois. Mon père a traité ma mère de salope, ma mère l’a traité de connard”, a-t-elle témoigné. Le jeune fille a également tenu à préciser que son papa pouvait aussi arriver de se montrer brutal “envers ma sœur et ma mère”.

“Je n’ai jamais été violent avec mon épouse”

Toujours lors de son interrogatoire, le principal intéressé s’est défendu face aux enquêteurs en précisant qu’il “n’a jamais été violent” avec son épouse. “Quand elle exerçait des violences contre moi, je la repoussais (…) J’avais quatre fois le motif valable pour divorcer pour adultère, mais je ne l’ai jamais fait. Cela s’appelle de l’amour”, a-t-il déclaré.

Jusque-là, aucune preuve concrète n’est à l’encontre de Frédéric Mellet. La justice doit continuer son enquête afin de connaitre les circonstances exactes de ce mystère.

Yamina Hamdoud

De nature très curieuse, j'aime suivre l'actualité et notamment le quotidien des célébrités. Passionnée par mon métier de Rédactrice web, j'ai à cœur d'informer le lectorat de la manière la plus simple et la plus précise possible.