Justice : Shakira risque une lourde peine

En plein divorce avec le footballeur Gérard Piqué, la chanteuse colombienne, Shakira, risque huit ans et deux mois de prison en Espagne, ainsi qu’une amende de 23,7 millions d’euros.

Le vendredi 29 juillet 2022, le Parquet espagnol a requis contre la star de la musique une peine de huit ans et deux mois de prison, assortie d’une amende de près de 24 millions d’euros, révèle El Pais. Cette dernière est accusée de fraude fiscale et d’avoir omis de payer au gouvernement espagnol 15,5 millions d’euros (18,9 millions de dollars canadiens) d’impôts entre 2012 et 2014.

Shakira avait refusé un accord avec le Parquet

Alors qu’elle a récemment mis fin à une relation de 12 ans avec le joueur du FC Barcelone Gérard Piqué, et continue toujours sa procédure de divorce auprès des autorités espagnoles, Shakira se retrouve confronté à une autre affaire devant la justice espagnole.

Selon plusieurs médias, Shakira avait refusé, deux jours plus tôt, de sceller un accord avec le Parquet espagnol qui l’accuse de fraude fiscale pour des impôts non payés, de 2012 à 2014. La maman de Milan voulait opter pour un procès, dont la date n’a pas encore été fixée.

À cet effet, les procureurs espagnols ont déclaré, vendredi 29 juillet 2022, qu’ils demanderaient au tribunal de condamner la chanteuse colombienne à huit ans et deux mois de prison, assortie d’une amende de quelque 24 millions d’euros, soit plus de 31 millions de dollars canadiens, si cette dernière est reconnue coupable.

“Shakira a toujours respecté la loi”

Pour cette affaire de fraude fiscale, ses relationnistes à Londres ont déclaré vendredi dans un communiqué que la chanteuse, dont le nom complet est Shakira Isabel Mebarak Ripoll, “a toujours coopéré et respecté la loi, démontrant une conduite impeccable en tant qu’individu et contribuable”. Ces derniers ont même accusé l’Agence fiscale espagnole d’avoir violé les droits de la chanteuse.

De son côté, l’équipe espagnole de relations publiques de Shakira a fait savoir, plus tôt cette semaine, que l’interprète de Waka Waka avait déposé la somme qu’on a dit qu’elle devait, incluant 3 millions d’euros, soit 3,9 millions de dollars canadiens d’intérêts.

Elle aurait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas jusqu’en 2015

Shakira a officialisé sa relation, aujourd’hui terminée, avec le footballeur Gérard Piqué en 2011. Depuis, elle vivait en Espagne. Mais selon le Parquet espagnol, celle-ci aurait maintenu sa résidence fiscale aux îles Bahamas, considérées comme un paradis fiscal, jusqu’en 2015. Les procureurs de Barcelone ont donc prétendu que la chanteuse pop colombienne a passé plus de la moitié de chaque année entre 2012 et 2014 en Espagne. Sur ce, elle aurait dû payer ses impôts dans le pays.

Cependant, les avocats de l’artiste de 45 ans expliquent que jusqu’en 2014, la plus grande part de ses revenus provenaient de ses tournées internationales. Ces derniers ont précisé qu’elle ne vivait pas plus de six mois par an en Espagne, condition requise pour établir sa résidence fiscale dans le pays.

Dans le même sillage, l’ancienne compagne de Gérard Piqué a également fait savoir qu’elle n’a “plus aucune dette à régler”, vu qu’elle a, selon elle, déjà payé 17,2 millions d’euros au Trésor public.

Séparés après plus de 10 ans de vie commune

Après plus d’une dizaine d’années de vie commune et deux enfants, Milan (9 ans) et Sasha (6 ans), Shakira et Gérard Piqué, ont annoncé la fin de leur relation. “Nous avons le regret de confirmer que nous sommes en cours de séparation. Pour le bien-être de nos enfants, qui sont notre plus grande priorité, nous demandons le respect de notre vie privée”, avaient-ils annoncé dans un communiqué commun publié par les avocats de la chanteuse au début du mois de juin 2022. Une fois le divorce officialisé, la chanteuse souhaite aller vivre à Miami, aux États-Unis avec ses deux fils, Milan et Sasha.

Yamina Hamdoud

De nature très curieuse, j'aime suivre l'actualité et notamment le quotidien des célébrités. Passionnée par mon métier de Rédactrice web, j'ai à cœur d'informer le lectorat de la manière la plus simple et la plus précise possible.